Quelles sont les fontes T1 disponibles pour les mathématiques ?#

Si vous ne vous intéressez qu’au texte, vous pouvez en principe utiliser n’importe laquelle des très nombreuses polices de texte disponibles aux formats Adobe Type 1, TrueType ou OpenType. La contrainte est, bien sûr, que votre prévisualisateur et votre pilote d’imprimante doivent prendre en charge ces polices lui-même ne se préoccupe que des métriques, pas des programmes de caractères proprement dits).

Si vous avez également besoin de mathématiques, votre choix est plus limité, notamment en raison des exigences de en matière de polices mathématiques (pour plus de détails, voir les articles de B.K.P. Horn du TUGboat 14(3), ou de Thierry Bouche du TUGboat 19(2)). Plusieurs options sont disponibles :

  • soit basées sur les créations de Knuth ;

  • soit par ajout de polices de caractères commerciales et gratuites. L’ensemble de MicroPress nommé « informal math » en est un cas assez spécifique.

Les utilisateurs devraient également envisager les possibilités de composition de maths avec des polices OpenType.

1.  Des catalogues de fontes#

Le font catalogue tient une liste à jour qui décrit les polices en donnant uniquement des noms et de courts exemples.

Un autre document bien utile est le free-math-font-survey de Stephen Hartke. Cette enquête de 2006 couvre la plupart des polices mentionnées dans le font catalogue, mais en mentionne également certaines (telles que Belleek) que le catalogue omet. Il présente en particulier des exemples très complets d’utilisation.

2.  Fontes libres#

Les familles de polices « gratuites » qui prennent en charge les mathématiques comprennent :

2.1.  Computer Modern, de Donald E. Knuth#

Cet ensemble comprend 75 fontes, avec une mise à l’échelle optique. Les polices Computer Modern (CM) ont été conçues à l’origine en et sont désormais également disponibles sous forme de contours modulables. Il existe des versions commerciales et des versions du domaine public, ainsi que des versions Adobe Type 1 et TrueType. Y&Y et Blue Sky Research ont développé un ensemble de versions vectorielles de ces polices dans le cadre d’une entreprise commerciale. Ils ont depuis cédé les droits d’auteur à l’AMS et les polices sont désormais disponibles gratuitement auprès du CTAN. Leur qualité est telle qu’elles sont devenues la norme de facto pour les versions Type 1 des polices.

2.2.  Les fontes AMS, de l’American Mathematical Society#

Cet ensemble comprend 52 fontes, avec une mise à échelle optique. Il offre des compléments à l’ensemble Computer Modern, y compris deux ensembles de polices de symboles (msam et msbm) et des polices de texte Euler. Ces dernières ne constituent pas une famille à part entière, mais méritent d’être évoquées ici (notamment parce que plusieurs autres familles imitent les polices de symboles). Les versions de type 1 de ces polices sont disponibles gratuitement sur CTAN. L’extension eulervm permet d’utiliser l’alphabet mathématique Euler en conjonction avec des polices de texte qui ne fournissent pas d’alphabet mathématique propre (par exemple, Adobe Palatino ou Minion).

2.3.  MathPazo, de Diego Puga#

Comprenant 5 polices, Pazo Math est une famille de polices de type 1 convenant à la composition de mathématiques en combinaison avec la famille de polices de texte Palatino. Quatre des cinq polices de l’extension associée, mathpazo, sont des alphabets mathématiques, dans des formes droites et italiques, des graisses moyennes et grasses. La cinquième police contient une petite sélection de caractères « gras du tableau » (choisis pour leur signification mathématique). Le support de est disponible dans PSNFSS. Les polices sont sous licence GPL, avec un texte permettant l’utilisation des polices dans des documents publiés.

2.4.  Fourier/Utopia, de Michel Bovani#

La famille Fourier, qui comprend 15 polices, est construite sur Adobe Utopia (mise à disposition gratuitement par Adobe). Les polices fournissent l’ensemble des symboles mathématiques de base de Computer Modern, et ajoutent de nombreux symboles mathématiques de l’AMS (bien que vous soyez censé utiliser certains des polices de l’AMS elles-mêmes). Il existe également plusieurs autres symboles mathématiques et décoratifs. Les polices sont livrées avec une extension fourier pour une utilisation avec Le support de l’encodage OT1 pour le texte n’est pas fourni ; vous devez utiliser T1.

2.5.  Fourier/New Century Schoolbook, de Michael Zedler#

Fouriernc est une configuration utilisant les polices Fourier en lien avec des polices de texte New Century Schoolbook.

2.6.  KP-fonts, du projet Johannes Kepler#

La famille kp-fonts fournit un ensemble complet de polices textuelles et mathématiques. L’ensemble comprend des polices de remplacement à chasse fixe et sans empattement (bien que certaines sources suggèrent que ces dernières sont moins réussies, et devraient supprimées lors du chargement d’extension kpfonts). Le site du TUG en propose un exemple.

2.7.  MathDesign, de Paul Pichaureau#

Cet ensemble propose jusqu’à présent trois polices mathématiques correspondant aux polices libres Adobe Utopia, URW Garamond et Bitstream Charter (dont les versions texte sont toutes disponibles séparément, sur CTAN, au format Type 1), ainsi que 3 polices basées sur des polices commerciales Adobe Garamond Pro, Adobe UtopiaStd et ITC Charter (toutes disponibles à l’achat sur le web). Le CTAN propose de nombreuses documentations et exemples. Le site du TUG propose des exemples de variantes libres d’URW Garamond.

2.8.  Belleek, de Richard Kinch#

Belleek, avec ces 3 polices, est le résultat des réflexions de Richard Kinch sur la manière dont pourrait être utilisé à l’avenir : ces polices ont été publiées simultanément en tant que source en tant que polices Type 1 et en tant que polices TrueType. Les polices remplacent directement l’ensemble MathTime de base (à titre d’exemple de « ce qui pourrait être fait »).

Un document expose les réflexions de Kinch, partant de considérations sur la supériorité « intellectuelle » de pour évaluer les raisons pour lesquelles son adoption est si limitée et ce qui pourrait être fait pour résoudre le problème.

2.9.  MTPro2 Lite, de Michael Spivak (Publish or Perish, Inc)#

Un sous-ensemble (fonctionnel) du jeu de polices MathTime Pro 2 a été mis à disposition gratuitement pour un usage général. Bien qu’il n’offre pas toutes les possibilitéis du produit commercial (voir ci-dessous), il s’agit néanmoins d’un jeu de polices intéressant.

2.10.  Mathptmx, de Alan Jeffrey, Walter Schmidt et autres#

Le jeu mathptmx contient des polices virtuelles mathématiques italiques, symboles et romaines, construites à partir des polices Adobe Times, Symbol, Zapf Chancery et Computer Modern. Le mélange résultant n’est pas tout à fait heureux mais peut passer dans de nombreuses circonstances. Le véritable avantage est que les polices mathptm sont (effectivement) gratuites, et que les fichiers PostScript qui en résultent peuvent être librement échangés. Le support sous est disponible avec PSNFSS.

2.11.  Computer Modern Bright Free#

Leur version vectorielle sont présentées ci-dessous avec leurs équivalents commerciaux.

2.12.  URW Classico#

Ces 4 fontes, dont le support est dû à Bob Tennent, sont des clones d”Optima de Zapf disponibles auprès du CTAN (pour un usage non commercial uniquement). Le support mathématique peut être fourni en utilisant les extensions eulervm ou sansmath. En tant que famille de polices sans-serif, Optima est particulièrement adaptée aux présentations.

3.  Fontes commerciales#

Les polices capables de définir des mathématiques avec et disponibles dans le commerce, comprennent :

3.1.  BA Math, de MicroPress Inc.#

BA Math est une famille de 13 polices avec empattement, inspirée par l’élégance et la perfection graphique de John Baskerville. BA Math comprend les polices nécessaires à la composition mathématique (italique mathématique, symboles mathématiques et extensions) dans des graisses normales et grasses. La famille comprend également des polices de texte encodées OT1 et T1 de différentes formes, ainsi que des polices avec les glyphes les plus utiles de l’encodage TS1. Des commandes permettant d’utiliser les polices avec Plain 2.09 et actuel sont fournies. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.2.  CH Math, de MicroPress Inc.#

CH Math est une famille de 15 polices à empattement conçues pour accompagner Bitstream Charter dans le domaine des mathématiques. La distribution inclut quatre polices de texte Bitstream gratuites, en plus des 15 polices MicroPress. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.3.  Computer Modern Bright, de Walter Schmidt#

Computer Modern Bright est une famille de 62 polices sans empattement avec une mise à échelle optique, basée sur les polices Computer Modern de Knuth. Elle comprend les polices nécessaires à la composition mathématique, y compris les symboles AMS, ainsi que des polices de texte et de symboles de différentes formes. Cette collection est accompagnée de son propre ensemble de fichiers à utiliser avec Les polices Computer Modern Bright sont fournies au format Type 1 par MicroPress, Inc. L’ensemble hfbright offre des polices Type 1 gratuites pour le texte utilisant l’encodage OT1 — les polices cm-super fournissent les polices dans l’encodage de texte T1 mais ne traitent pas les mathématiques Computer Modern Bright. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.4.  Concrete Math, de Ulrik Vieth#

Les 25 polices Concrete Math (avec une mise à échelle optique) sont dérivées des caractères Concrete Roman conçus par Knuth. Elles offrent une collection de polices mathématiques italiques, de symboles mathématiques et d’extensions mathématiques, ainsi que des polices de symboles AMS qui s’adaptent à Concrete Roman, de sorte que Concrete peut être utilisé comme remplacement complet de Computer Modern. Comme Concrete est considérablement plus sombre que Computer Modern, cette famille peut être particulièrement intéressante pour l’impression en basse résolution ou pour des cas particuliers comme les affiches ou les transparents. Les polices Concrete Math, ainsi que les polices Concrete Roman, sont fournies au format Type 1 par MicroPress, Inc. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.5.  HV Math, from MicroPress Inc.#

HV Math est une famille de 14 polices de caractères sans empattement, inspirée de la police Helvetica. HV Math comprend les polices nécessaires à la composition mathématique (italique, symboles et extensions mathématiques) dans des graisses normales et grasses. La famille comprend également toutes les polices de texte encodées OT1 et T1 de différentes formes, ainsi que des polices contenant les glyphes les plus utiles de l’encodage TS1. Des commandes permettant d’utiliser les polices avec Plain 2.09 et sont fournies. Des copies matricielles des polices sont disponibles gratuitement sur CTAN. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.6.  Informal Math, de MicroPress Inc.#

Informal Math est une famille de 7 polices vectorielles fantaisistes vaguement basées sur la famille Tekton d’Adobe, des polices qui imitent le texte écrit à la main. Informal Math comprend les polices nécessaires à la composition mathématique (italique, symboles et extensions mathématiques) en graisse normale, ainsi que des polices de texte encodées OT1 dans des formes droites et obliques. Des commandes permettant d’utiliser les polices avec Plain 2.09 et sont fournies. Des informations ont été trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.7.  Lucida Bright avec Lucida New Math, de Chuck Bigelow et Kris Holmes#

Lucida est une famille de 25 polices apparentées comprenant des polices avec empattement, sans empattement, sans empattement à largeur fixe, calligraphiques, en blackletter, mais aussi la police d’écriture liée de Kris Holmes. Elles ne sont pas aussi « filiformes » que Computer Modern, avec une grande hauteur x, et comprennent un plus grand ensemble de symboles mathématiques, d’opérateurs, de relations et de délimiteurs que Computer Modern (plus de 800 au lieu de 384). Elles comprennent également les ensembles de symboles AMS msam et msbm. Lucida Bright Expert (14 polices) ajoute à l’ensemble une largeur fixe sérifiée, une autre police d’écriture manuscrite, des petites capitales, des mathématiques grasses, des « mathématiques italiques » droites, etc. Le support de est disponible avec PSNFSS. Des métriques pré-construites sont également fournies. Le TUG a le droit de distribuer ces polices : son site web dispose d’une page sur le sujet.

3.8.  Adobe Lucida, LucidaSans et LucidaMath#

Dans ces 12 polices, Lucida et LucidaMath sont généralement considérées comme un peu trop grasses. Les trois polices mathématiques ne contiennent que les glyphes des polices Computer Modern (italique, symboles et extensions mathématiques). Le support pour l’utilisation de LucidaMath avec n’est pas très bon. Vous devrez travailler sur le réencodage des polices, etc. Dans un certain sens, cet ensemble est l’ancêtre de l’ensemble de polices LucidaBright plus LucidaNewMath, qui ne sont pas disponibles actuellement.

3.9.  MathTime Pro2, de Michael Spivak (Publish or Perish Inc.)#

Cette dernière version de la famille MathTime couvre toutes les graisses (moyennes, grasses et épaisses) et tous les symboles des versions précédentes de MathTime. Elle dispose en outre d’une gamme de symboles beaucoup plus étendue et de nombreuses améliorations typographiques qui permettent d’obtenir des documents de grande qualité. Les polices sont supportées à la fois par Plain et Elles sont exclusivement disponibles à l’achat auprès de Personal Inc. Pour plus de détails, des échantillons et des prospectus, voir https://pctex.com/mtpro2.html.

3.10.  Minion Pro et MnSymbolAdobe, de Achim Blumensath et al.#

Minion Pro dérive de la police OpenType commerciale largement disponible du même nom d’Adobe. Des scripts sont fournis pour convertir les parties pertinentes de cette police au format Adobe Type 1. L’extension MinionPro met en place le support texte et mathématique en utilisant Minion Pro mais un jeu de polices distinct (et gratuit) MnSymbol étend considérablement la couverture des symboles.

3.11.  PA Math#

PA Math est une famille de polices de caractères avec empattement basée sur Palatino. Elle comprend les polices nécessaires à la composition mathématique (italique, symboles et extensions mathématiques, symboles calligraphiques) dans les graisses normales et grasses. La famille comprend également toutes les polices de texte encodées OT1, T1 de différentes formes, ainsi que des polices avec les glyphes les plus utiles de l’encodage TS1. Des commandes permettant d’utiliser les polices avec Plain 2.09 et sont fournies. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.12.  TM Math, de MicroPress Inc.#

TM Math est une famille de 14 polices de caractères avec empattement, inspirée de la police Times. TM Math comprend les polices nécessaires à la composition mathématique (italique, symboles et extensions mathématiques) en graisses normales et grasses. La famille comprend également toutes les polices de texte encodées OT1 et T1 de différentes formes, ainsi que des polices contenant les glyphes les plus utiles de l’encodage TS1. Des commandess permettant d’utiliser les polices avec Plain 2.09 et sont fournies. Des copies matricielles des polices sont disponibles gratuitement sur CTAN. Des informations ont pu être trouvées sur une archive du site de MicroPress mais la société n’existe plus.

3.13.  pxfonts, txfonts et leurs dérivés#

Ces deux jeux de polices doivent être mentionnés, même s’ils ne produisent pas actuellement des résultats satisfaisants. Leur auteur ne travaille plus dessus, et plusieurs problèmes ont été identifiés.

L’ensemble Pxfonts version 1.0 (26 fonts) by Young Ryu.#

L’ensemble pxfonts est constitué de 26 polices :

  • des polices de texte virtuelles utilisant Adobe Palatino (ou son remplaçant URW Palladio) avec des symboles plus, égal et barre oblique modifiés ;

  • des alphabets mathématiques utilisant Palatino (ou Palladio) ;

  • des polices mathématiques de tous les symboles des polices mathématiques modernes (cmsy, cmmi, cmex et les lettres grecques de cmr) ;

  • des polices mathématiques de tous les symboles correspondant aux polices AMS (msam et msbm) ;

  • des polices mathématiques supplémentaires pour divers symboles.

Les polices de texte sont disponibles dans les encodages OT1, T1 et LY1. Les symboles encodés TS sont également disponibles. Les polices sans serif et à chasse fixe fournies avec l’ensemble txfonts (voir ci-dessous) peuvent être utilisées avec pxfonts. L’ensemble txfonts devrait être installé lorsque pxfonts l’est. Les fichiers de support dvips et sont inclus.

Les polices ne sont pas parfaites. Les largeurs assignées aux caractères dans le fichier tfm sont erronées pour certains glyphes. Ceci peut causer des séquences de caractères qui paraissent erronées, ou même, dans certains cas, qui se chevauchent. Les polices newtx visent à réduire ces problèmes.

Les polices sont sous licence GPL. Leur utilisation dans des publications est autorisée.

Newpx, de Michael Sharpe#

Cette collection est dérivée de pxfonts de Young Ryu. Les métriques des polices mathématiques ont été ajustées pour que le résultat soit moins compacte que lorsque pxfonts est utilisé, ce qui l’améliore grandement. Deux extensions sont fournies : newpxtext pour utiliser les polices de texte et newpxmath pour les mathématiques.

L’ensemble Txfonts, de Young Ryu#

L’ensemble txfonts se compose de 42 polices :

  • des polices de texte virtuelles utilisant Adobe Times (ou la police URW Nimbus Roman No9 L qui remplace Times et qui est distribuée dans le cadre de la collection URW « basic 35 ») avec des symboles plus, égal et barre oblique modifiés ;

  • des jeux de polices sans empattement et à chasse fixe (le jeu de polices sans empattement est basé sur Adobe Helvetica) ;

  • des alphabets mathématiques utilisant Adobe Times, ou l’équivalent URW Nimbus Roman No9 ;

  • des polices mathématiques de tous les symboles des polices mathématiques modernes (cmsy, cmmi, cmex et les lettres grecques de cmr) ;

  • des polices mathématiques de tous les symboles correspondant aux polices AMS (msam et msbm) ;

  • des polices mathématiques supplémentaires pour divers symboles.

Les polices de texte sont disponibles dans les encodages OT1, T1 et LY1. Des symboles encodés TS sont également disponibles.

Ces polices ne sont pas parfaites : les largeurs assignées aux caractères dans le fichier tfm sont erronées pour certains glyphes. Ceci peut causer des séquences de caractères qui paraissent erronées, ou même, dans certains cas, qui se chevauchent. Les polices newtx visent à réduire ces problèmes.

Les polices sont sous licence GPL. Leur utilisation dans des publications est autorisée.

L’extension txfontsb, de Young Ryu et Antonis Tsolomitis#

L’extension txfontsb regroupe txfonts, étendu pour fournir un jeu de petites capitales, des chiffres de style ancien et des caractères grecs (à partir du jeu de polices GNU Freefont). La documentation est également disponible pour cette variante.

Newtxby, de Michael Sharpe#

Cette collection est dérivée de txfonts de Young Ryu. Les métriques des polices mathématiques ont été ajustées pour que le résultat soit moins compact que lorsque txfonts est utilisé, ce qui l’améliore grandement. Deux extensions sont fournies : newtxtext pour utiliser les polices de texte et newtxmath pour les mathématiques. Des options sont fournies pour remplacer les lettres et les symboles de l’ensemble Libertine et de la police Garamond de l’extension garamondx (mais notez que garamondx, qui est une adaptation de URW Garamond, n’est pas disponible via Live).

3.14.  Autres fontes commerciales#

Enfin, il ne faut pas oublier les polices propriétaires provenant de diverses sources. Disposer d’un jeu de polices vectorielles de haute qualité fonctionnant avec peut donner à un éditeur un réel avantage concurrentiel. Aussi, certains éditeurs ont payé (très cher) pour que de tels jeux de polices soient créés pour eux. Malheureusement, ces jeux ne sont pas disponibles gratuitement, même s’il est probable qu’ils soient plus complets que ceux qui le sont.

Il semble n’exister qu’une liste très limitée de jeux de polices mathématiques commerciales. Une police mathématique de type 1 doit être explicitement conçue pour être utilisée avec ce qui est une entreprise coûteuse, et présente peu d’intérêt pour les autres marchés. En outre, le marché des polices commerciales est minuscule par rapport aux ventes considérables d’autres jeux de polices.

Les polices de texte au format Type 1 sont disponibles auprès de nombreux fournisseurs, dont Adobe, Monotype et Bitstream. Toutefois, il convient de se méfier des « collections » de polices bon marché. Nombre d’entre elles contournent les restrictions en matière de droits d’auteur en supprimant (ou en bloquant) certaines parties des programmes de polices, telles que les indices. Un tel comportement est à la fois contraire à l’éthique et mauvais pour le consommateur. Les polices peuvent ne pas avoir un bon rendu (ou pas de rendu du tout, sous ATM), ne pas avoir le complément « standard » de 228 glyphes, ou ne pas inclure de fichiers métriques (dont vous avez besoin pour créer des fichiers TFM).

TrueType a longtemps été le format « natif » pour Windows mais MicroSoft a rejoint le développement de la spécification OpenType, et les versions récentes de Windows fonctionneront sans problème avec des polices de ces deux formats. Certaines implémentations de telles que utilisent les versions TrueType des polices Computer Modern et Times Maths pour rendre les documents sous Windows sans avoir besoin d’un logiciel système supplémentaire comme ATM. Lorsqu’il est utilisé sur un système fonctionnant sous Windows XP ou une version ultérieure, peut également utiliser les polices Adobe Type 1.

Lors du choix des polices, vous devrez parfois tenir compte d’environnements logiciels différents du vôtre. En effet, si vous devez envoyer vos documents finis à d’autres personnes pour qu’elles les utilisent, vous devez vous demander si un format de police donné posera des problèmes de compatibilité. Les éditeurs peuvent exiger exclusivement des polices TrueType parce que leurs systèmes sont basés sur Windows, ou exclusivement des polices Type 1 parce que leurs systèmes sont basés sur la popularité (initiale) de ce format dans l’industrie de l’édition. De nombreux intervenants s’en moquent tant que vous leur présentez un fichier d’impression fini (PostScript ou PDF) pour leur périphérique de sortie.