Comment sont gérés les fichiers PostScript dans LaTeX ?#

Dans la chaîne de compilation utilisant LaTeX et dvips, chaque programme apporte sa contribution à la constitution du fichier PostScript.

1.  La partie effectuée par LaTeX#

Lorsque le fichier LaTeX doit intégrer une figure PostScript (EPS), des commandes doivent être mises dans le fichier source (fichier TEX) pour dire à LaTeX que la figure doit être positionnée à telle place avec telles dimensions (en incluant la bonne extension : graphicx, psfig, epsfig).

Lors de la phase de compilation du code LaTeX, ce dernier va consulter dans le fichier externe contenant la figure les seules dimensions/proportions de l’image (les fameuses « bounding box » chères au PostScript encapsulé).

En fin de course, dans le fichier Qu’est-ce qu’un fichier DVI ? »). Aussi, en visualisant le fichier DVI, apparaît l’emplacement de l’image mais pas cette dernière (en particulier la commande psdraft génère un cadre similaire à \fbox{...} aux dimensions de l’image à l’emplacement de celle-ci).

2.  La partie effectuée par dvips#

Suite au travail de LaTeX, dvips transforme le fichier DVI en PostScript et inclut à ce moment les fichiers images EPS. Ainsi, si ce document Postscript est visualisé ou imprimé, le texte et les images y sont bien affichés.

3.  Cas particuliers#

Certains visualiseurs DVI, par exemple xdvi sous UNIX pour n’en citer qu’un, détectent dans le fichier DVI des passages tels que :

PSfile="toto.eps llx=0 lly=-1 urx=57 ury=29 rwi=4252

Ils appellent alors GhostScript/GhostView pour préparer une image bitmap que le visualiseur DVI va restituer. Mais d’autres visualiseurs, comme dviwin, ne savent pas que faire d’un fichier PostScript.

À faire

Est-ce toujours vrai ?